Sophie Régnier

 

Des voix dans la tête
Samedi 8 Février / Auditorium Mémo de Montauban / 15h – 18h

 

Sophie Régnier

 

Auteur littéraire et pratique créative de divers média (écriture, image et son)

 

sites :

 

sympathynovel.blogspot.fr
thesheroutine.tumblr.com
leposteradiotruc.tumblr.com

 

– à propos :  “Des voix dans la tête”

 

La première expérience d’enregistrement au casque est toujours un moment étrange. On s’entend parler et ça fait tout drôle. Lors de ma première intervention radiophonique, le retour m’a coupé tous mes moyens et alors que j’étais là pour parler, silence. Un très long silence. Je n’arrivais plus à articuler un seul mot. C’était un direct, inutile de dire que j’aurais préféré me volatiliser sur place et ne pas vivre ça.

Des années plus tard, j’ai voulu enregistrer la voix d’une amie. Elle est très jolie sa voix mais elle, elle a trouvé ça « très très horrible ». Le retour du son lui donnait l’impression que « sa voix était à l’intérieur de sa tête ».  J’ai trouvé ces mots très beaux et la formule géniale pour moi qui me dis alors que mes montages, faits toujours pour leur aspect ludique, sans grande ambition à part celle que mes moyens assez rudimentaires me donnent, c’était ça. Encore mieux que l’écriture ou le dessin, ils me permettent de remettre en scène les voix qui traînent dans la tête. C’est très éloigné de la musique même si parfois je la sollicite ou la fais.

Alors le processus revient à capturer le quotidien, des voix réelles pour les lisser, les étirer, les ralentir, les écraser, les agglomérer souvent outrageusement pour arriver à un ensemble abstrait mais reconnaissable.         Un excès de construction qui déconstruirait tout ce que l’on connait hors l’intime et le concret. On arrive à un grondement, un rythme, un flux, une nouvelle histoire, un monde caché ou supérieur que seule votre tête pourrait connaitre ou reconnaître comme quelque chose de familier. Ainsi je sais que la création sonore peut me rapprocher de mes propres images mentales, tropismes et souvenirs sensoriels. Des moments d’écoute inconsciente du silence, de la seule petite seconde où je me sens basculer dans le sommeil ou dans la perte de connaissance.

Pendant le collage et montage des Voix dans la tête – les sons ont été capturés lors d’un voyage à Rome – je réécoute une création de Luc Ferrari. Parfois des instants coïncident de façon magique. En trois mots j’entends Ferrari dire ce que je ressens au moment où j’écoute et analyse ce que j’ai pu monter. Il dit ce que je vois de l’idée qui est en train de se façonner en moi à propos de cette envie de faire de la création sonore, de ce que cela peut transmettre. Il dit ceci : « ça fait énormément de bruit ce que l’on a dans la tête. C’est toujours quelque chose qui dérape sur la réalité. ». Voilà des surfaces différentes, des textures différentes et quelque chose qui prendrait plus d’ampleur et de valeur que la réalité elle-même, qui part du point appelé Réel et bifurque, qui s’en nourrit pour grandir et exister.



Comments are closed.